Bosphore, épices et minarets

Publié le par louisetmarieversjerusalem

P1050197

 

Aujourd'hui, un grand soleil brille au dessus des coupoles d'Istanbul, comme pour faire mieux passer le froid percant qui s'installe avec l'hiver.
Nous nous sommes évadés un instant de la ville pour nous plonger dans notre blog, sous les néons d'un café internet ou les jeunes s'amusent sur des jeux vidéos. Mais a quelques metres de nous, dans la grande avenue piétonne du quartier européen, Istiklal caddesi, le vieux tramway rouge avance avec peine tant la vie grouille de partout. Une véritable maree humaine, jeune et branchée, qui papillonne entre les boutiques Addidas, Diesel ou Sephora de notre occident, et des talentueux petits vendeurs de marrons grilles, de bretzels, du dernier modele de babioles lumineuses qui volent dans les airs, ou encore de billets de loterie qui s'arrachent a quelques jours du changement d'année. Avec la bande image seulement, on se croirait en Europe. Mais allumez la bande son, et vous entendrez des musiques orientales s'élever de toutes les échoppes, et des tornades de mouettes hurler au dessus du Bosphore; fermez les yeux, et vous vous ennivrerez d'odeurs d'ailleurs, celles des narguilés, des sucreries au miel, des brochettes, des poissons grillés et de l'air iodé des villes portuaires.


C'est comme une invitation a passer le pont de Galata qui enjambe la Corne d'or en contrebas, véritable rendez-vous des  pecheurs a la ligne qui se retrouvent par centaines a toute heure du jour et de la nuit. De l'autre coté de ce pont, on se laisse emporter dans une effervescence toute orientale. On se perd dans les bazars aux épices, on marchande des tapis dans une minuscule échoppe un verre de thé a la main, on leve les yeux vers les domes millénaires de Sainte Sophie, on enleve ses chaussures dix fois pour entrer dans les mosquées recouvertes de faience turquoise, et on pénetre dans l'univers des sultans et de leurs concubines en poussant les portes du palais de Topkapı.
Et quand soudain, au crépuscule, l'appel a la priere se met a résonner du haut d'un, puis de deux, puis des 2700 minarets de la ville, en écho les uns aux autres, on sent Istanbul toute entiere vibrer et monter vers le ciel.
 
Istanbul est une gigantesque pieuvre. 15 millions d'habitants disent les uns, 25 millions disent les autres... notre experience a nous, c'est que c'est bien la plus grande ville d'Europe, loin devant Paris: nous avons mis 3 jours a arriver a pieds au coeur de la ville!
Des villages de vacances qui bordaient la mer de Marmara, nous sommes passés dans des zones de plus en plus urbaines et des quartiers qui semblent avoir pousse comme des champignons dans les 20 dernieres annees, un peu comme en Chine, pour enfın arriver au pied des murailles de la vieille ville, la veille de Noel, sous une pluie désespérante!
 
Petite séquence d'émotion devant ces murailles...
D'abord, Louis m'a dit: "Regarde ma Marie, on est arrivés a Istanbul! A pieds! ". Ca donne le vertige...

Et puis tout de suite, on a repensé a tous ceux qui sur notre route, nous avaient parlé avec passion de cette ville mythique, tous ceux dont elle est la capitale de coeur: siege du patriarche des patriarches pour nos amis orthodoxes de Bulgarie, de Grece et de Serbie, coeur de l'empire ottoman qui a forgé leur identite pour nos amis musulmans de Bosnie, mais aussi antre de l'ennemi légendaire pour nombre de slaves. 
Byzance, Constantinople, Istanbul... politique, spirituelle, artistique... convoitée de tous temps par ceux qui n'en étaient pas maitres. Pour finir, Ataturk a meme déplacé la capitale de la Turquie a Ankara pour que son pays ne soit plus jamais a la merci d'une Xeme prise de la ville.
 
Nous arpentons ses rues escarpees depuis quelques jours, rejoints pour Noel par une joyeuse bande de cousins Massol, puis a nouveau tous les deux depuis hier. Nous avons la chance de nous faire preter un appartement génial jusqu'au 1er janvier, et cela nous change la vie d'avoir un "chez nous" et de ne pas avoir a nous poser de questions pendant 8 jours pour notre gite du soir! C'est un repos bienvenu et nécessaire, et nous profitons des quelques jours qui nous restent pour aller rencontrer des personnes qui nous expliquent  la religion musulmane, mais aussi des stambouliotes qui nous parlent de leur pays. Depuis une semaine, le sujet des arméniens revient sans cesse dans les conversations, et des que quelqu'un nous entend parler francais dans la rue, il s'empresse de nous lancer une pique. Cette histoire ne va pas nous aider, mais c'est aussi une occasion de débattre et comprendre la complexité de cette nation aux mille peuples.
 

 

Nous commencerons donc l'annee 2012, en reprenant nos batons de pelerins. J'enfılerai ma toute nouvelle paire de chaussures (la premiere ayant definitivement rendu l'ame dans les flaques d'Istanbul), nous passerons en Asie en traversant le détroit de Bosphore, puis nous lancerons a l'assaut de la gigantesque Anatolie.
Qui seront nos bons samaritains dans cette Turquie asiatique? Dans la partie européenne, nous avons pu percevoir déja la grande tradition d'accueil de ce peuple. Cela parait plus spontané que dans les pays précédents, peut-etre parce que c'est souvent fait au nom d'Allah...
 
Alors en traduction chrétienne... A la grace de Dieu!


Et tres belle année 2012 a chacun de vous! Nous vous portons dans notre coeur et notre pélerinage!
 
Louis et Marie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
Bonjour, je suis française résidant a Istanbul et suis tres touchée par votre article. Tres belle plume. En une semaine, vous avez cerné toutes les facettes de cette ville fascinante. Merci pour ce<br /> beau temoignage!!
Répondre
C
Merci Louis et Marie de vos récits et de vos photos... qui permettent ( un peu ) de vous imaginer.. j'ai parfois l'impression de marcher à coté de vous.. C'est un beau pélerinage que vous réalisez<br /> en couple. On y trouve les efforts de la marche ( même si c'est devenu votre quotidien ), la beauté des paysages, le détachement progressif, les rencontres, la spiritualité. Bref, que le soleil qui<br /> illumine aujourd'hui la campagne nivernaise brille dans vos coeurs jusqu'à Jérusalem et tout au long de cette année 2012. Je vous emrasse très affectueusement.<br /> Tante Chantal
Répondre
S
Quelle plume!<br /> On croirait lire un livre!<br /> Un livre dont vous êtes les acteurs et dont nous découvrons les scènes par vos yeux...<br /> Louis, j'aurai une petite pensée spéciale pour toi ce we...je chausse mes skis et file à Vars faire qq descentes!<br /> Je vous embrasse bien fort! sigo
Répondre
A
Tous nos voeux à Louis et Marie ; que cette nouvelle année vous apporte beaucoup de choses et surtout la réalisation de vos projets. Nous ne vous oublions pas. Nous pensons très souvent à vous.<br /> Merci de vos nouvelles et à très bientôt<br /> <br /> Les Jurassiens
Répondre
D
bonne année les neveux aux portes de ce magnifique continent que vous allez traverser<br /> les quimpérois vous suivent de leur canapé .... et c toujours un pur moment de bonheur<br /> merci de nous faire partager votre aventure<br /> baisers
Répondre